Les marques peuvent-elles légalement surveiller les prix ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter

De nos jours, les marques sont confrontées à la fois à des consommateurs mieux informés et à un marché en ligne en pleine croissance où de nouveaux vendeurs apparaissent tous les jours.

D’une part, les consommateurs passent désormais plus de temps à se renseigner sur les produits qu’ils sont disposés à acheter : sur la qualité des matériaux aux prix et, bien sûr, sur les avis des autres acheteurs sur ces produits.

 L’utilisateur final prend son temps pour comparer et analyser les prix, puis il décide ensuite de l’option qui répond le mieux à ses besoins.

D’autre part, comme les nouveaux acteurs du marché sont de plus en plus nombreux, il est donc plus difficile pour les marques d’avoir une image complète et précise de la façon dont leurs produits se comportent sur le marché. Essayer d’estimer la valeur réelle d’un produit devient donc une tâche assez compliquée en raison du manque d’informations actualisées et pertinentes sur l’état des canaux de vente.

Tout ce contexte lance un grand défi aux marques aujourd’hui, en particulier pour celles qui œuvrent à leur transformation numérique. Par conséquent, les marques qui veulent réussir doivent avoir un plan d’action, les outils et les informations adaptées sur le comportement des consommateurs et l’état du marché afin de trouver comment être plus compétitives et proactives.

Une action possible pour les marques consiste à surveiller les prix de leurs produits dans tous leurs canaux de vente. Cette activité est 100 % légale et peut être très utile. Le suivi des prix aidera les marques à voir non seulement les prix auxquels leurs produits sont vendus sur les différents canaux de vente, mais il leur permettra également d’avoir une vision plus globale et plus précise de la position de leurs produits sur le marché en ligne actuel, ainsi que de mieux comprendre ce que le client est disposé à payer pour ces mêmes produits.

Pourquoi est-il légal de surveiller ou de suivre les prix ?

La transparence des prix est aujourd’hui plus grande que jamais et chaque écart possède un impact majeur sur le marché. Si vous analysez votre propre position en tant que consommateur, vous vous rendrez compte qu’il est facile et pratique de comparer les prix en ligne pour trouver la meilleure offre. Cette situation démontre à quel point les prix sont publics et transparents. L’utilisation d’outils de suivi des prix comme Netrivals n’est donc pas illégale. L’utilisation de ces plateformes est tout à fait légitime, car dans tous les cas, nous parlons d’outils recueillant des informations accessibles au public.

Par conséquent, le problème n’est donc pas de collecter ces données. Le véritable problème réside dans les actions que les marques entreprennent avec ces informations.

Les outils de suivi des prix permettent aux marques ou aux fabricants de prendre de meilleures décisions stratégiques, d’optimiser la promotion de leurs produits ou leurs campagnes publicitaires, ainsi que de connaître leurs consommateurs finaux. Par contre, ce qui n’est absolument pas légitime pour les marques, c’est d’influencer la tarification de leurs produits.

Quels sont les avantages du suivi des prix pour les
marques ?

En Europe, toutes les marques peuvent profiter du suivi des prix pour :

  • Confirmer ou évaluer si le prix de vente maximum est respecté dans les canaux de distribution. Il est donc aussi légitime de surveiller et d’indiquer les prix des nouveaux produits lancés sur le marché.
  • Savoir ce que les clients sont prêts à payer pour leurs produits. En analysant les prix minimum, maximum et moyen, il est possible d’évaluer le comportement et le positionnement d’un produit sur le marché et si la demande est conforme aux attentes. Cela permet aux marques de concevoir de meilleures politiques de prix.
  • Savoir ce que les consommateurs disent de chacun des produits et comment ils les évaluent. Cela peut grandement aider les marques à évaluer comment les consommateurs perçoivent leurs produits et si ces derniers satisfont leurs besoins en tant qu’utilisateurs finaux. Ces informations sont cruciales pour détecter les produits phares et préparer les nouveaux lancements, voire pour écarter une production plus massive de certains produits.
  • Détecter les distributeurs non autorisés dans les canaux de vente.
  • Visualiser la disponibilité des stocks sur tous les canaux de vente et anticiper les besoins du stock des vendeurs en ligne. En surveillant activement l’état de la disponibilité des stocks, vous pouvez élaborer une stratégie plus proactive afin de définir et de développer des actions qui contribueront à fournir aux détaillants ce dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.

Il est très important de noter que si les marques peuvent suggérer un prix minimum, elles ne peuvent pas fixer les prix ou pénaliser les détaillants qui ne tiennent pas compte de leurs suggestions. En d’autres termes, la marque peut recommander ou suggérer un certain prix, mais une marque ne peut en aucun cas faire respecter cette recommandation de prix en prenant quelque mesure que ce soit. Les vendeurs fixent le prix qu’ils jugent approprié et pourront vendre dans n’importe quel pays à n’importe qui.

Cependant, ce contexte de surveillance des prix et les actions qui peuvent être prises par rapport à l’état des prix sont très différents aux États-Unis et au Canada.

Aux États-Unis et au Canada, toutes les marques peuvent utiliser le contrôle des prix dans le même but que les cas mentionnés ci-dessus pour l’Europe, mais elles peuvent prendre une action supplémentaire : Les marques peuvent savoir quels détaillants ne respectent pas le Prix annoncé minimal (PAM) ou le prix de détail suggéré par le fabricant (PDSF) et prendre des mesures en conséquence.

Toutefois, il convient de noter que ce que nous entendons strictement par fixation des prix est une pratique illégale aussi bien en Europe qu’aux États-Unis et au Canada. La différence entre ces régions est qu’aux États-Unis et au Canada, il est possible de prendre des mesures en tant que marque si les détaillants distributeurs ne respectent pas le PAM ou le PDSF. Toutefois, il est crucial de noter qu’aucune marque ne peut s’asseoir avec un distributeur ou un détaillant et fixer un prix de vente.

Estefania Cabeza Navas  |  Content Designer at Netrivals

More to explore